Entrevue avec La Passerelle par The Gazette of Montreal

Un coup de pouce pour les chercheurs d’emploi – L’article du Montreal Gazette

Article paru The Montreal Gazette – Peggy Currant discute avec Leslie Acs, directeur général de La Passerelle.

MONTRÉAL – Si vous me demandez ce que c’est, c’est ça «, dit Leslie Acs en balayant du regard le hall d’entrée bondé de La Passerelle, en faisant un signe de tête vers le groupe animé d’hommes et de femmes qui entassent la nourriture du repas-partage dans des assiettes en papier. Les conversations bruyantes se mêlent aux rires et aux sourires alors qu’ils célèbrent la fin du dernier programme d’atelier de transition professionnelle de 12 semaines.

Bien que les parcours professionnels diffèrent, les participants partagent un même objectif : trouver un travail intéressant. Un travail qui leur permette d’utiliser leurs compétences et leur expérience. Un travail qui leur permette d’exceller, de se sentir motivés et de payer les factures.

Depuis 1990, La Passerelle, un organisme sans but lucratif qui s’associe à Emploi-Québec, offre des programmes d’emploi gratuits de 12 semaines en anglais et en français, principalement aux demandeurs d’emploi de 40 ans et plus vivant sur l’île de Montréal. Le programme combine des ateliers et un accompagnement individuel.

En tant que directeur exécutif, M. Acs a vu de nombreux participants arriver déprimés et démoralisés. «La recherche d’un emploi est devenue un processus très technique et déshumanisé», explique-t-il. «En raison de l’énorme volume de candidatures en ligne, les RH n’ont pas toujours le temps ou les ressources nécessaires pour y répondre. Donc, vous n’avez pas de retour. Vous passez un entretien. Là encore, pas de retour. Votre estime de soi et votre confiance en vous s’effondrent. Nous controns cela avec une approche humaniste.»

«En raison de l’énorme volume de candidatures en ligne, les RH n’ont pas toujours le temps ou les ressources nécessaires pour y répondre. Donc, vous n’avez pas de retour. Vous passez un entretien. Là encore, pas de retour. Votre estime de soi et votre confiance en vous s’effondrent. Nous controns cela avec une approche humaniste.»

C’est pourquoi La Passerelle utilise un processus de développement de carrière en quatre phases. Au cours des deux premières, les participants évaluent leurs compétences et leurs capacités, leurs réalisations, leur expérience, leurs valeurs et leurs motivations. Ils recherchent également des emplois, ceux du domaine où ils ont perfectionné leurs compétences ou des emplois dans de nouveaux domaines où les compétences peuvent être transférées.

«Nous sommes tous sur un tapis roulant, nous ne nous arrêtons jamais pour nous demander ce qui est important pour nous», explique Julie-Ann Barna. En tant qu’ingénieur chimiste ayant une expérience en entreprise et en conseil, elle s’attendait à chercher un emploi dans ce domaine. Aujourd’hui, elle constate que ses compétences sont transférables à d’autres types d’industries chimiques et à d’autres domaines du conseil. Ou, dit-elle avec un large sourire, «à quelque chose d’entièrement différent».

«La partie la plus importante du processus est de reconnaître ses compétences et leur valeur», dit Barna. «Et c’est incroyable de se retrouver avec des gens qui sont dans la même situation et dans la même tranche d’âge. C’est à la fois rassurant et réconfortant et nous pouvons partager nos expériences et nos idées.»

«La partie la plus importante du processus est de reconnaître ses compétences et leur valeur», dit Barna. «Et c’est incroyable de se retrouver avec des gens qui sont dans la même situation et dans la même tranche d’âge. C’est à la fois rassurant et réconfortant et nous pouvons partager nos expériences et nos idées.»

«La Passerelle m’a aidé à avoir une vision réaliste du métier que je recherche et de ce qui compte pour moi. Et c’est ma famille. Il ne s’agit pas seulement de trouver un emploi, mais de trouver l’emploi qui me convient.» Bien qu’elle soit relativement nouvelle dans le programme, Mme Barna a déjà mis à jour son curriculum vitae et s’est dotée d’un bref argumentaire (elevator pitch), c’est-à-dire d’une brève présentation marketing qu’elle peut donner à tout moment sur qui elle est et le type de travail qu’elle recherche.

Michael Cullen attribue à son «elevator pitch» le mérite de lui avoir ouvert un nouveau secteur. «Je voulais un emploi à temps partiel dans le secteur non marchand pour compléter ma nouvelle carrière de coach professionnel carrière-vie», explique M. Cullen. «J’avais déjà passé quelques entretiens lorsqu’un présentateur d’atelier à La Passerelle a annulé. Bien sûr, ils avaient entendu ce que j’avais dit sur le fait de travailler pour une organisation à but non lucratif et m’ont demandé de donner l’atelier. Il a été si bien accueilli que j’ai décidé de compléter mon coaching en donnant des ateliers. J’en donne maintenant à La Passerelle et ailleurs».

M. Cullen compatit à l’incertitude et à l’anxiété de nombreux participants. À l’âge de 46 ans, après une carrière primée de 16 ans comme réalisateur et producteur de télévision, il a été licencié. Une fois le choc passé et voyant peu d’opportunités dans son domaine, il a opté pour un changement complet. Il a obtenu un certificat de coach personnel et professionnel à l’Université Concordia, où il travaille maintenant à temps partiel comme facilitateur de coaching.

«Lorsque vous avez un emploi, vous ne pensez pas au processus de recherche d’emploi, ni ne regardez vos atouts et vos valeurs, s’ils sont congruents avec l’entreprise pour laquelle vous travaillez», explique Cullen. «Mais, lorsque vous n’avez pas d’emploi, vous devez vous demander : quels sont mes atouts ? Qu’est-ce qui compte pour moi ? Quels changements suis-je prêt à faire ?»

«Lorsque vous avez un emploi, vous ne pensez pas au processus de recherche d’emploi, ni ne regardez vos atouts et vos valeurs, s’ils sont congruents avec l’entreprise pour laquelle vous travaillez», explique Cullen. «Mais, lorsque vous n’avez pas d’emploi, vous devez vous demander : quels sont mes atouts ? Qu’est-ce qui compte pour moi ? Quels changements suis-je prêt à faire ?»

Les mécanismes de recherche de ce nouvel emploi sont abordés plus spécifiquement dans les troisième et quatrième modules du programme. Acs les décrit comme les aspects marketing du programme. Il s’agit notamment de curriculum vitae et de lettres de motivation conçus pour inciter le destinataire à s’arrêter et à regarder, du réseautage, de l’utilisation des médias sociaux tels que LinkedIn, de la conduite d’entretiens d’information avec des personnes dans le domaine qui vous intéresse, etc.

«Nous abordons également la recherche d’un emploi en tant que travailleur adulte. L’âge est une grande préoccupation pour de nombreux participants», a déclaré M. Acs. «Oui, certaines organisations sont moins enclines à embaucher des travailleurs âgés. Mais de plus en plus d’entreprises les engagent parce qu’ils ont fait leurs preuves et ont une éthique de travail plus traditionnelle. Donc, c’est de plus en plus facile et ils sont plus appréciés.»

Pourtant, l’âge a été une source de frustration pour Lawrence Lang lorsqu’il a commencé sa recherche d’emploi. «Je recevais un appel et après avoir discuté, ils se concentraient sur l’âge», dit-il, son impatience transparaissant. «Bien sûr, ils pouvaient voir mon CV et mes années d’expérience. Faites le calcul.»

Au bout du compte, ce sont ses années d’expérience qui lui ont permis d’obtenir un emploi qu’il aime. En tant qu’instructeur en gestion de la pratique au Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada, M. Lang enseigne à temps plein aux consultants en immigration inscrits. Bon nombre de ceux à qui il enseigne ont suivi le cours qu’il donne à temps partiel au Collège LaSalle depuis 2007. Il a maintenant l’équilibre professionnel qu’il recherchait. » Lorsque j’ai quitté la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada à la fin de mes contrats, le milieu de travail avait considérablement changé «, explique M. Lang. «J’avais eu deux emplois en 23 ans, à la commission et à McGill pendant plus de 13 ans. Et le domaine de la recherche d’emploi était devenu bizarre». Il décrit un entretien téléphonique réalisé un dimanche après-midi pendant que son interlocuteur préparait le dîner. «Et c’était pour un emploi de haut niveau, en plus», dit-il, surpris même maintenant. «J’avais besoin que quelqu’un me dise ce qui se passait».

À La Passerelle, il a été rassuré par les ateliers axés sur le marché du travail actuel et sur les techniques d’entretien d’embauche. Il a même commencé à se sentir à l’aise avec le réseautage.

«Je suis passé par toute cette phase où je ne voulais pas que quelqu’un sache que je ne travaillais pas, à cause de ce qu’ils allaient penser», dit-il. «Cela faisait partie du travail que j’ai effectué avec mon coach, Denis Caron. À La Passerelle, le message est clair : tu es le produit.» Se voir comme le produit, ou «Moi, Inc.», prend en compte les compétences, l’expérience, les objectifs et les valeurs et les combine au développement personnel, au réseautage et à la sensibilisation continue au marché du travail. C’est un point de vue auquel La Passerelle encourage les participants à s’accrocher.

«Beaucoup de diplômés restent en contact», dit Acs avec une fierté évidente. «Certains même comme bénévoles, d’autres comme membres de notre réseau. Ils disent que c’est grâce aux personnes qui travaillent ici. Je suis d’accord, ils sont inspirants, tout comme nos participants.»


La Passerelle est un centre d’aide à la recherche l’emploi situé à Montréal. Nous offrons un programme subventionné d’aide à la recherche d’emploi pour les professionnels expérimentés de 40 ans et plus, qui comprend des ateliers et des séances de coaching personnalisé. Nous proposons également aux professionnels qui le souhaitent un coaching en gestion de carrière par des coachs expérimentés. Faites comme de nombreux professionnels, contactez-nous, nous vous aiderons à trouver un emploi intéressant en fonction de vos compétences.